13 juillet 2011

Songes de la mi-été

Belle journée fraîche, une grosse averse vient de noyer mes velléités de jardinage. tiens pourquoi pas quelques nouvelles du Jardin ?

L'étang a maintenant trois nouveaux habitants, des poissons rouges qui seront nourris et logés en souhaitant qu'ils jouent bien leur rôle de prédateurs des larves de maringouins qui pullulaient un peu trop.  Souhaitons que les ratons-laveurs du coin ne les découvrent pas. 

Parlant de locataires mes amis d'en haut finissent de déménager, j'ai donc un splendide trois et demi à louer avec vue imprenable : 



Pour le reste, l'été se passe bien je lis pas mal, Hier, je me suis enfoncé dans la correspondance de Mme de Sévigné et de sa fille. Plein de potins en direct de la cour de Louis XIV. On rêve d'avoir assisté comme elle a une pièce de Molière jouée par l'auteur...

Je suis au mitan de mes vacances, comme de coutume, je ne les vois pas passer. Je quitte demain pour la Gaspésie, en reconnaissance pour l'excursion de cet automne. Je ne suis pas trop fâché d'échapper aux travaux de la rue voisine que la ville refait en profondeur. Outre le bruit des machines, les vibrations du compactage déclenchent de nombreux micro-séismes qui finissent par agacer. La maison vibre toute la journée. Heureusement qu'elle est solide. 

J'espère. 

5 commentaires:

Mario L. Grenier a dit...

Troquer un si beau jardin fait de tes mains par la beauté qui s,est construite toute seule, naturelle, de la Gaspésie.
Le choix aurait pu être plus difficile à faire si les Travaux publics ne te donnait pas un petit coup de pouce.
Bonne fin de vacances

manouche a dit...

"C'est un jardin extraordinaire" avec cette fleur très bizarre...

Calyste a dit...

Bon voyage et bonne fin de vacances donc. Profite!

Reborn a dit...

Ça vibre-tu autant que quand tes locataires étaient en haut?

magoua a dit...

@ Mario, Manouche et Calyste, merci de vos souhait le voyage a été super.
@Reborn, c'est bien pire, d'autant plus que les locataires ne faisaient vobrer la maison qu'une fin de semaine sur deux et encore, pas toujours ;-)