2 août 2012

La campagne vue de Sherbrooke

J'ai un blogue moi ? En fait, j'en ai quelques uns d'ordre pédagogique et celui-ci était en hibernation. Ou en sieste, parce que c'est un bel été. Grosse paresse aussi de ma part. Il fait beau, suis en rénos, le jardin pousse bien merci. Et moi, je vais pas mal non plus. 

Nous voilà donc en élections. Tous les médias, chroniqueurs y vont de leurs analyses pour en général conclure que tout peut arriver. En plus d'être vraie, cette conclusion présente aussi l'avantage de créer une sorte de suspense dans lequel les journalistes pourront se sentir utiles et dramatiser les insignifiances de la twittosphère, les gaffes médiatiques  et autres catastrophes lilliputiennes comme autant de points tournants d'une campagne forcément d'images. Je la raterai donc puisque je n'ai pas la télé. Remarquez qu'avec la radio et internet, plus besoin de télé. Et en plus, on a moins d'annonces. 

Mais je m'égare. De mon coté. mon choix est fait. Péquiste j'étais, je suis et je demeure. Et même si je n'aime pas le coté Germaine de Pauline, je vais voter pour son parti comme j'ai voté avec joie pour celui de Lévesque ou Parizeau, sans enthousiasme pour les autres. Au moins, elle a une équipe de grosses têtes fortes, ce qui est un atout sur papier et dans les faits, mais un danger dans le cirque médiatique qui aime les belles grosses images lisses et simples. Attendons-nous donc à beaucoup de vous dites ceci mais untel dit cela. Au PLQ, on doit déjà lire tous les bouquins et chroniques de Lisée depuis 1978 pour en faire un pile de post-it à usage du PM.  On y a l'habitude du post-it et de fermer sa gueule. 

C'est qu'on a un cheuf. Un néo-Duplessis. Ratoureux, beau parleur, une bête politique prête à toutes les bassesses pour gagner. Sa gestion partisane de la crise étudiante en est un bel exemple. Mettre le feu et jouer le pompier. Jouer sur la peur. Au fond, c'est un vieux disque, un air déjà joué, en 1970, en 1973. À croire même que si Pauline monte trop haut, il n'y a pas un petit coup de la Brinks en réserve, façon 2.0. Quand on a des amis dans la finance, ça peut se faire. 

Reste le cas Legault. Je l'aurais bien vu à la place de Pauline au PQ. C'est dire ma naiveté. Et peut-être la sienne. Son cas est étrange. Au fond, il veut parler au Québec tranquille plus américain qui voit l'impôt comme un vol, l'entrepreneur comme un Dieu et a le nombril comme centre du monde. Un e vision pragmatique en politique avec des idées simples pour des problèmes qui sont faciles à régler. Alors qu'ils ne le sont pas. Si ce l'était, ça se saurait. 

Je passe vite sur Québec solidaire. J'y ai plein d'amis que j'estime. Et je sais assez compter pour savoir que les votes de mon ami Bibeau à Sherbrooke en 2008, s'ils étaient allés au PQ, auraient suffi pour obliger John James à se faire élire dans Westmount, son vrai lieu de résidence. Encore là, rien de nouveau, on sait comment les services secrets canadiens ont toujours couvé d'un oeil tendre les marxistes-léninistes des années 1970. Je ne pense pas que ce soit le cas de QS, mais quand on met un projet de société avant l'indépendance, on ne la fait pas. Et QS, ça fait tellement Plateau... ça devrait y rester.  Bis pour Aussant. 

En tout cas, dans mon coin je crois que le PQ a de bonnes chances d'emporter l'ex fief de Monique-Gagnon-Tremblay, d'autant plus qu'il est favorisé par le redécoupage. Le candidat Réjean Hébert est connu,  ancien doyen de la fac. de médecine et spécialiste de l'organisation des soins pour personnes agées, il a un CV idéal faire face aux défis du secteur de la santé. En tout cas plus qu'un radiologiste... En plus, il est de la paroisse, comme on dit. En face de lui, au PLQ Nathalie Goguen, une conseillère municipale du Nord de Sherbrooke. Ici on est dans l'Est. Ça devrait suffire pour la discréditer. 

Et la question du jour à Sherbrooke, outre Saint-François, est :  ça se peut-tu que? Est-ce que les étudiants se sont inscrits ? Est-ce qu'ils iront voter ? Sherbrooke n'est pas un terreau libéral fertile. Il a voté oui en 1995, voté péquiste entre 1976 et 2003. L'organisation Charest y est solide mais le seul fait qu'elle ait du sortir l'ancien maire de sa retraite comme organisateur en chef, montre qu'on y sent la soupe chaude. En face, au PQ, un ancien député de terrain du bloc, Serge Cardin.  Assez connu et aimé. Ce sera intéressant. 

Si on y vote utile.
Tant pis pour mon ami Christian.

PS. Il n'y a qu'une chose de prévisible dans ce scrutin, c'est l'opinion de La Presse. 

Aucun commentaire: